portesouvertes_1200x1200

Génération Y au travail : une révolution?

Les dernières années ont été marquantes, particulièrement avec l’arrivée d’une nouvelle génération sur le marché du travail : la génération Y. Bon nombre d’employeurs ont dû admettre que cette dernière possède des caractéristiques et des attentes différentes des générations précédentes. Certaines entreprises se voient donc dans l’obligation d’adapter leurs pratiques en gestion des ressources humaines.

Nés entre 1977 et 1997, les enfants des Baby-boomers sont nés avec l’évolution du savoir technologique. Habitués à l’instantanéité, au court terme, à la technologie et à la liberté d’expression, ils aiment l’innovation, la créativité et l’imagination, n’aiment pas perdre leur temps et pratiquent régulièrement le multitâche. Côté carrière, ils visent des expériences diversifiées, des défis constants, la progression, mais aussi la conciliation entre le travail et la vie personnelle. « On ne vit qu’une seule fois » : telle est leur devise.

Une notion d’attachement différente

Puisque la demande est plus élevée que l’offre, le marché du travail est favorable aux membres de la génération Y. La notion d’attachement envers l’entreprise est donc différente pour ces derniers : on parle plutôt d’une forme de détachement. Trouvant sa source dans l’ère de l’informatique, ce mouvement n’en est qu’à ses débuts. Les 20-35 ans d’aujourd’hui ne comptent plus sur la stabilité d’emploi pour bâtir leur carrière.

Ils misent sur un environnement de travail où se marieront vie personnelle, familiale et professionnelle. Plutôt que de chercher un emploi, ils cherchent une aventure de vie, en quelque sorte. Le besoin de réalisation étant très fort, ils veulent percevoir l’impact direct qu’apporte leur présence sur l’entreprise. Il s’agit d’une génération instruite et de plus en plus informée : en plus de vouloir apprendre « comment faire », ils désirent comprendre « pourquoi ils doivent le faire ».

Ressources humaines et rémunération : une adaptation nécessaire

Le temps étant la nouvelle monnaie, on remarque que les 20-35 ans privilégient la qualité de vie au travail à la rémunération. On parle alors de rémunération globale, où des avantages tels que des vacances, des horaires flexibles ou des assurances, entre autres, gagneront en importance.

La rémunération n’est plus un facteur de motivation pour la génération Y. Ils souhaitent un salaire reflétant la valeur de leur contribution à l’entreprise plutôt qu’à l’ancienneté. L’argent peut parfois être relégué au second plan : nombreux sont ceux qui, bien payés, négocient un emploi à temps partiel afin de mener à terme leurs projets personnels.

La venue de cette nouvelle génération sur le marché du travail implique une multitude de changements au niveau des ressources humaines, tant au niveau de la rémunération que de la gestion globale. Les Y désirent évoluer dans un environnement leur permettant d’enrichir leurs connaissances, et où ils pourront assumer de plus grandes responsabilités et bénéficier d’une plus grande marge de manœuvre au niveau de la prise de décisions.

Relations de travail : d’égal à égal

Pour la génération Y, la hiérarchie devient souvent un obstacle à la créativité, à la motivation et à l’engagement professionnel. Ils privilégient donc les relations authentiques avec leurs collègues et patrons : une relation où cette hiérarchie ne se fait pas sentir, tant au niveau des échanges que des négociations.

Un patron autoritaire et intimidant, favorisant un type de gestion à la porte fermée, sera peu apprécié de cette génération. Au cœur d’une stratégie de rétention, on doit prendre en considération que ces derniers perçoivent leur gestionnaire comme un accompagnateur plutôt qu’un donneur d’ordres, comme quelqu’un qui les encouragera et qui les guidera vers le succès.

Pour la génération Y, le succès rime avec épanouissement personnel et professionnel, bonheur, plaisir et authenticité. De plus en plus, ils sont à la recherche d’un certain équilibre dans leur vie. De multiples changements ont déjà été mis en place, afin de bâtir la société du travail de demain.